Musique

Niska se moque de la danseuse de son clip « Médicament » avec ses fans (Tweets)

22 mai 2019 à 13h00 Par Aurélie AMCN
Crédit photo : Niska

Interpellé par de nombreux internautes, Niska reconnaît avoir fait une erreur de casting pour les danseuses de son clip « Médicament » avec Booba. Il se permet même quelques moqueries.

Niska est de retour avec un nouveau son : Médicament en duo avec Booba. Pour le visuel de cette collaboration, les deux rappeurs ont envahi les rues de Miami, en Floride. Dans le clip, les deux acolytes jouent les bandits avec, à leurs côtés, de jolies danseuses. Ces dernières effectuent des pas de Shaku Shaku, une danse originaire du Nigeria et devenue très populaire sur la toile depuis quelques mois. Mais le déhanché des jeunes femmes ne convainc pas du tout les internautes. Sur Twitter, ils sont ainsi nombreux à interpeller le rappeur de 25 ans.

« Le Shaku Shaku dans ce clip est scandaleux », pleure un fan. Un autre s’exclame : « Niska, t’as déconné. Wesh avec toutes les meufs sur terre qui font des Shaku Shaku flex, vous préférez inviter des meufs qui font des Shaku, on dirait qu’elles ont perdu le contrôle de leur corps. Le pire, c’est qu’elles croient qu’elles dead ça… ». « Excusez-moi, dans le clip Médicament de Niska et Booba, j’espère que les meufs ne faisaient pas un Shaku Shaku parce que là 0 vraiment », déclare une jeune femme dans un autre Tweet. Un certain Soninké Blédard affirme même qu’« elles dansent plutôt le Chakal Chakal ».

Des commentaires qui ont rapidement fait réagir Niska. « Même pendant le tournage, mais je ne pouvais pas les faire venir pour rien, miskina », reconnaît-il son erreur de casting. Le rappeur originaire d’Evry lance ensuite un défi aux internautes : « Bon, vous êtes beaucoup à critiquer, mais qui fait mieux ? Montrez vos Shaku, comme ça, prochain clip, je sais qui appeler ». Aussi, en plus de la prestation de sa danseuse, Niska ne semble pas non plus avoir été conquis par son charme. Au commentaire d’un internaute avouant la trouver « magnifique », ce dernier répond : « T’façon, c’est chacun son chacun ».