“Je me faisais appeler Alexandre” : agressée sexuellement à 5 ans, Malika Menard voulait changer d’identité (vidéo)

BLACKBOX
Malika se confie sans détour.
Crédit: Capture d'écran Instagram

5 février 2021 à 15h10 par A.L.

En octobre dernier, Malika Ménard a sorti son premier livre baptisé "Fuck les complexes". L'occasion pour l'ancienne Miss France de raconter comment elle a été agressée sexuellement alors qu'elle avait 5 ans, et de se confier aujourd'hui sur l'époque où elle avait très envie de changer d'identité pour devenir un garçon.

C'est la première fois que Malika Ménard évoquait ce douloureux épisode publiquement. Dans son premier ouvrage paru en octobre dernier aux Editions Amphora, Fuck les complexes, l'ancienne Miss France a confié qu'elle avait été agressée sexuellement quand elle avait 5 ans par le fils de sa nounou, alors âgé de 30 ans. "À 5 ans, j'ai réalisé que j'étais une fille. Si j'avais été un garçon, cet homme ne s'en serait pas pris à moi… C'est à ce moment-là que je demande à ma mère de me couper les cheveux très court et de m'acheter des habits de garçon. Pour ne plus être confrontée à ce genre d'agression", a expliqué la jeune femme de 33 ans. "C'est toujours difficile de parler de soi. Et puis je voulais épargner mes parents car mon enfance n'a pas été facile avec eux", a-t-elle notamment confié. 

"Je me faisais appeler Alexandre"

Une douloureuse épreuve que la jeune femme a accepté d'évoquer lors d'un entretien pour France Tv Slash, publiée sur son compte Instagram. "Ce n’est pas facile pour moi d’en parler. Ça a été très difficile de l’écrire, je l’ai écrit de manière pudique. Mais c’était important d’en parler, je pensais aux autres petites filles. Et la justice doit être faite également. Dénoncer un adulte qui a un comportement inapproprié envers un enfant, ça permet de protéger d’autres enfants", a-t-elle ainsi déclaré face à la caméra.

Malika Ménard a ensuite confié avoir voulu "devenir un garçon". "J’avais les cheveux super courts, j’avais une houppette, je m’en rappelle. Et je m’habillais comme un garçon. À l’école, je ne pouvais pas changer de prénom parce qu’on est inscrit sur des registres et tout ça, mais si on partait en vacances ou ailleurs, je me donnais un nom de garçon. Je me faisais appeler Alexandre (...). Je changeais tout. J’avais envie de changer d’identité", a témoigné la jeune femme. "Je voulais être un garçon. Je me sentais plus forte en garçon. J’avais le sentiment que j’étais moins vulnérable. Une femme a moins de défenses et peut-être que j’avais l’impression que ça me sexualisait moins aussi", a-t-elle continué.

Des aveux courageux pour celle qui a déjà confié que son élection de Miss France avait eu beaucoup de bienfaits. "Ça m'a aidée à être moins complexée", avait-elle écrit. 

I